Accueil> Les Infos > Banque Centrale de la Cote d’ivoire et la Convertibilité de la Nouvelle Monnaie
Banque Centrale de la Cote d’ivoire et la Convertibilité de la Nouvelle Monnaie

La crise post électorale orchestrée par la France exige que la Cote d’Ivoire se démarque de la France et se débarrasse du F.CFA pour battre sa propre sa monnaie nationale. Aujourd’hui, les Etats membres de l’UEMOA ont démontré qu’ils demeurent instrument d’ oppression Française en Afrique et l’UEMOA n’a pas fait objet d’intégration monétaire, par contre sa mission était de faciliter l’échange, la libre circulation des biens et des personnes, le développement commerciale, industriel, agricole, scientifique et artistique entre les Etats membres de cette union monétaire.

La dernière décision du Conseil des Ministres et la conférence des Chefs d’Etats de l’UEMOA et des manipulations des banques Françaises en Cote d’Ivoire ; nous oblige de prendre des décisions fermes pour l’avenir de notre pays en créant notre propre Banque Centrale et de battre notre propre monnaie pour se libérer des chantages de la France afin de proclamer notre indépendance économique.

Selon la Banque Mondiale, l’encours de la dette extérieure de la Cote d’Ivoire s’élevait à la fin de 2009 a 6000 milliards de F.CFA pourtant depuis plus de 48 ans les avoirs extérieures de la Cote d’Ivoire ont été destiné au compte d’opération du Trésor Français. Alors a quoi sert ce fameux compte d’opération ? Et il est important que la Banque de France nous explique pourquoi la Cote d’Ivoire doit garder plus de 50% de ces avoirs extérieurs au Trésor Français, pourtant la Cote d’Ivoire est un Etat Independent avec 17 banques et 3 établissements financiers.

Le moment est arrivé pour que la Cote d’Ivoire se prenne en charge. Les Ivoiriens sont en mesure de gérer leurs avoirs extérieurs et faire de la spéculation a la Bourse de New York, Londres et Tokyo de la même manière que la France le fait avec les avoirs extérieurs de tous les Etats membres de la Zone Franc. L’économie de marché repose sur un système bancaire organisé dont la Cote d’ivoire a besoin. Les pays développés ont depuis longtemps mis en place un systeme bancaire de qualité au centre de leurs préoccupations, leur taux de bancarisation excède a 80% par contre les Etats membres de l’UEMOA ne sont qu’a 10%.

Pendant la campagne électorale de 2010, le candidat des Ivoiriens et actuels Présidents de la République de Cote d’Ivoire disait : « En Cote d’Ivoire, le secteur financier souffre encore de faiblesses ou de contraintes a la fois institutionnelles et structurelles qui gênent son plein essor. Et La politique communautaire que nous avons choisie en matière de monnaie et de crédit limite les possibilités d’action individuelle des Etats membres. Cela signifie que l’adaptation des ressources bancaires aux besoins spécifiques de notre économie et de nos populations ne relève pas de notre volonté individuelle.>> Le peuple Ivoirien connait que, les Banques Françaises sur place offrent des services et produits peu diversifies a un couts élevé. Le peuple Ivoirien fatigué de toutes ces manipulations des banques françaises, dit a dieu au Franc CFA, et bienvenue a la nouvelle monnaie Ivoirienne.

La Cote d’Ivoire aura sa Banque Centrale et 3 banques nationales (Banque Agricole, Banque d’Investissement, et Banque de l’Emploi) qui vont aider les operateurs économiques et les entreprises Ivoiriennes a obtenir des crédits a la consommation et des financement pour créer des entreprises.

La BIAO, SGBCI, et SIB représentent les intérêts de la France. Elles ont toujours préférer financer les grandes entreprises Françaises exportatrices de café et cacao. Ces banques Française ont toujours octroyé des crédits qu’a une minorité d’operateurs économiques qui sont dans leur jeux pour appauvrir la Cote d’Ivoire. Par contre Les véritables producteurs de richesses (les agriculteurs, les éleveurs, les artisans, les petites et moyenne entreprises ) sont exclus du système bancaire.

Regard sur la Nouvelle Banque Centrale de la Cote d’Ivoire • La Banque Centrale de la Cote d’voire (BCCI) décidera de la politique monétaire de la Cote d’Ivoire avec objectif de stabiliser les prix, assurer le plein emploi et faciliter la croissance économique. • Supervisera tout le système bancaire et publiera des rapports relatifs a l’économie Ivoirienne • Agira comme préteur de dernier ressort • Agira sur la valeur externe de la nouvelle monnaie Ivoirienne a travers l’utilisation de ses taux directeurs (rémunération des préteurs) pour motiver la venue et empêcher la fuite de capitaux. Cela influencera donc la masse monétaire et la croissance économique de la nouvelle Cote d’Ivoire. La BCCI doit être indépendante financièrement, ne recevant aucun budget du gouvernement. Elle se financera via les Intérêts des emprunts publiques auxquels elle souscrit sur les marchés, les commissions perçues pour les prestations aux dépôts et les intérêts sur l’échange de monnaies étrangères. La BCCI sera dirigé par un Gouverneur et 5 Vice- Gouverneurs nommé par le Président de la République et confirmé par l’Assemblée Nationale de la Cote d’Ivoire. Leur mandat doit être de 5 ans non renouvelable. Malgré ce processus de nomination, l’institution doit demeurer indépendante du pouvoir politique et le Gouverneur doit rendre compte au gouvernement et a l’Assemblée Nationale. La BCCI aura 5 Banques Centrales Régionales situées dans le Bas-Sassandra, Fromager, Valle du Bandama, Moyen-Comoé, les Dix-huit Montagnes et diriger par 5 Vice- Gouverneurs.

II est important pour la BCCI de créer une direction spéciale pour imprimer sa monnaie Nationale symbole de notre souveraineté. Cette direction s’occupera aussi a imprimer passeport, carte d’identité nationale, liste électorale, carte d’électeur aussi que les documents sécurisés tels que : timbre fiscaux, vignettes automobiles.

La Convertibilité de la Nouvelle Monnaie Ivoirienne La France a conservé des relations commerciales et financières avec ses anciennes colonies. Cette relation est assurée par la parité et la libre convertibilité du Franc Français avec le F.CFA

Une telle garantie rassure les investisseurs Français, puisque aucun risque de convertibilité ne vient entraver le rapatriement régulier de leurs bénéfices. La convertibilité dont nous parlons demeure a l’avantage de la France et des toutes les entreprises Françaises localisées dans la zone Franc.

La convertibilité de la Nouvelle Monnaie Ivoirienne en devise sera facile. Les entreprises pourront transférer au tant de capitaux, organiser leur rapatriement sans être limité par la quantité ni par la durée. La convertibilité de la Nouvelle Monnaie Ivoirienne doit demeurer courante.

Le FMI définit la convertibilité courante, comme toutes opérations qui ne touche pas au capital mais qui permet d’effectuer des paiements (import-export, assistance technique, représentation commerciales …etc.) Quant aux particuliers ils ne seront pas en dehors de cette pratique. Ils bénéficieront d’une allocation annuelle par personne qui sera déterminer par la nouvelle Banque Centrale de la Cote d’Ivoire afin de palier a des dépenses du type études, soins, tourismes…etc. La BCCI doit pour l’instant avoir ce system de change, car il correspond a notre niveau de développement.

Les autorités doivent fournir des efforts pour rendre la Cote d’Ivoire attractive et aussi favoriser l’émergence d’une classe aisée qui soutiendra la croissance et qui s’intégrera dans l’économie de marché.

Cette Nouvelle Banque Centrale doit être vigilante quant a la convertibilité de la nouvelle monnaie en devises, et elle ne doit pas opter pour la libéralisation totale de sa monnaie a court terme.

Quant aux inquiétudes sur le taux le taux de change, il est a retenir que la nouvelle monnaie sera déterminer sur le marché interbancaire. Dans ce cadre, les banques de la place s’échangeront des devises a des taux librement négociés ; et le rôle de la BCCI consistera a réguler la liquidité sur le marché en cas de déséquilibre entre l’offre et la demande. .

La Cote d’Ivoire doit arrêter de se laisser manipuler par le Club de Paris, Club de Londres, et le FMI qui a ruiné des pays entier comme le cas de l’Argentine qui a été contrainte a privatisé toute son économie en réduisant le nombre de travailleurs et avait causer la faillite de son system bancaire.

A force d’attendre que tous les indicateurs macro économiques passent au vert avant de battre notre monnaie nationale nous allons tous mourir de vieillesse. Même si aujourd’hui cela semble utopique pour certaine personne, la Cote d’Ivoire ainsi que les Etats membres de l’UEMOA devrait avoir pour ambition de battre leur monnaie nationale afin d’aboutir a une certaine Indépendance économique en attendant la création de l’Union Africaine pour avoir une vraie monnaie Africaine.

Nash Kpokou, Ph.D

Economist & International Business Consultant

Kansas City, Missouri- USA

Proposé par: Nash Kpokou, Ph.D le 25/01/2011 - 22h21 Dernière modification: 25/01/2011 - 22h21  Écrire une NEWS
  • Top
print Imprimer   E-mail Envoyer à un ami   bookmark Bookmark   RSS feed RSS  Bookmark and Share icom7 Partager
Plus d'infos...