Accueil> Les Infos > Documents gênants retirés du site internet des Nations Unies
Documents gênants retirés du site internet des Nations Unies

Des agissements qui ne sont rien d’autre que de la manipulation et qui ont induit en erreur certains membres du Conseil de sécurité qui ont dû laisser passer certaines résolutions sur la Côte d’Ivoire, malgré des rapports accablants sur les Casques bleus. Il y a même eu des résolutions prises sur la Côte d’Ivoire, publiées et retirées du site internet des Nations unies, les minutes qui ont suivi. En effet, de retour de la Côte d’Ivoire où ils avaient été en mission d’enquête, les membres de la mission d’évaluation du processus de paix ont produit un rapport qui n’a jamais été publié.

Ces textes « gênants » ont disparu du site internet de l’Organisation des Nations unies. C’est le cas du texte du 13 février 2006, ce document a été purement et simplement soustrait. Le Temps a pu se procurer quelques extraits pour ses lecteurs. De fait, sur la page 8 du Rapport de la mission d’évaluation le point 30 dit ceci :

«Particulièrement préoccupants, selon certaines informations émanant des groupes de la société civile, seraient les cas d’abus commis par des groupes de l’Onuci à Abidjan. La mission d’évaluation a également appris que, dans la partie occidentale des troupes de l’Onuci avaient assisté sans intervenir à des attaques contre des civils, y compris à des actes de violences et visant des femmes…» Le point 31 dit ceci : «La seule question sur laquelle les parties ivoiriennes ont exprimé initialement des vues divergentes, a trait au rôle que les Nations unies devraient jouer dans le processus électoral et, en particulier, aux rôles de certification et d’arbitrage du Haut Représentant pour les élections …» Quant au point 32, il cloue au pilori le Coréen Y.J. Choï : «La mission a souligné qu’un tel mécanisme de certification ne remplacerait pas, mais viendrait compléter, le rôle qui revenait dans ces circonstances au Conseil constitutionnel de la Côte d’Ivoire…» Le point 33 : «Finalement le Président Gbagbo a fait savoir à la mission d’évaluation qu’il avait consulté le Premier ministre et qu’un consensus avait pu être obtenu sur cette question.

A cet égard, il a confirmé que, sur la base des explications fournies par la mission, il accepterait que l’Organisation des Nations unies conserve la responsabilité de la certification internationale du processus électoral. Toutefois, il a maintenu son objection au rôle d’arbitrage et aux fonctions du Haut Représentant pour les élections, tel que définis dans la Résolution 1721 (2006, ndlr) du Conseil de sécurité, dénonçant leur caractère envahissant…»

Pour l’avocat Me Marcel Cecaldi, Ban Ki-moon et son concitoyen Y.J. Choï ont trompé le monde entier et tout ce qui se passe aujourd’hui, en Côte d’Ivoire est de leur faute. C’est pourquoi, ces deux fonctionnaires devraient pouvoir répondre de leurs actes devant la Cour internationale de la Haye en Hollande, très bientôt et les conditions sont en train d’être réunies pour ce faire.

Quant à l’option militaire que le Représentant spécial du Secrétaire général de l’Onuci prépare activement en Côte d’Ivoire, elle ne peut prospérer d’autant que des pays leaders en Afrique s’y opposent. Marcel Cecaldi ne pense même pas que des pays comme l’Angola, l’Afrique du Sud, la Guinée Equatoriale, la Guinée Bissau, la Gambie, la Libye et d’autres Etats cautionnent une option militaire pour faire plaisir à la France et aux Etats-Unis d’Amérique pour le compte desquels les deux Coréens agissent.

Cette belle contribution de l’avocat au barreau de Paris à l’éclatement de la vérité est une initiative de la coordination des communicateurs citoyens bénévoles pour le rayonnement de la démocratie.

Proposé par: Côte d'Ivoire le 25/01/2011 - 21h53 Dernière modification: 25/01/2011 - 21h53  Écrire une NEWS
  • Top
print Imprimer   E-mail Envoyer à un ami   bookmark Bookmark   RSS feed RSS  Bookmark and Share icom7 Partager
Plus d'infos...