Accueil> Les Infos > Le G20 annonce 1.100 milliards de dollars pour dépasser la crise
Le G20 annonce 1.100 milliards de dollars pour dépasser la crise

Le sommet londonien du G20 a pris fin jeudi avec l'annonce d'un programme global de 1.100 milliards de dollars destiné à restaurer la croissance, les échanges et l'emploi à l'échelle mondiale.

Le Fonds monétaire international, dont les ressources seront triplées et qui aura pour tâche de répartir l'essentiel de cette somme, a été placé au coeur de la réforme des institutions financières voulue par les chefs d'Etat et de gouvernement.

"Aujourd'hui, le monde s'est uni pour lutter contre la récession mondiale. Pas avec des mots, mais avec un plan de reprise mondiale et de réformes assorti d'un calendrier clair", a déclaré le Premier ministre britannique Gordon Brown dans sa déclaration concluant le sommet.

Dans leur communiqué final, les dirigeants des vingt grands pays industriels et en développement de la planète s'engagent à superviser les grands fonds spéculatifs et à davantage de régulation via un nouvel organisme et un Fonds monétaire international aux pouvoirs accrus.

Le texte prévoit d'affecter 500 milliards de dollars supplémentaires aux réserves de liquidités du FMI, ce qui porte à 750 milliards de dollars les fonds que l'institution de Washington est en mesure d'allouer aux pays les plus touchés par la crise.

En outre, 250 milliards de dollars seront alloués aux droits de tirage spécial (DTS) du FMI, et encore 250 milliards à un programme de relance du commerce international, destiné aux entreprises exportatrices.

"Nous agirons avec résolution pour relancer le commerce international. Nous assurerons la disponibilité d'au moins 250 milliards de dollars sur les deux prochaines années", a promis le chef du gouvernement britannique.

Enfin, 100 milliards de dollars supplémentaires seront alloués aux banques multilatérales de développement, comme la Berd, afin de renforcer leur capacité de prêt.

"LE SECRET BANCAIRE D'AUTREFOIS DOIT PRENDRE FIN"

La sévérité prônée par la France et l'Allemagne à l'égard des paradis fiscaux a été validée dans le communiqué final, et Brown a assuré que le secret bancaire touchait à sa fin.

"Nous nous sommes mis d'accord pour mettre fin à la non-coopération des paradis fiscaux, qui ne transmettent pas d'informations lorsqu'on le leur demande. Le secret bancaire d'autrefois doit prendre fin", a-t-il déclaré.

L'Organisation de coopération et de développement de l'économie (OCDE) doit publier dans la soirée de jeudi une liste des paradis fiscaux, en fonction de leur respect de ses critères de transparence.

Jeudi matin, la Chine, par la voix de son ministère des Affaires étrangères, s'était dite prête à soutenir cet effort particulier, tout en soulignant qu'elle n'envisageait pas que ses territoires de Hong Kong et Macao soient considérés comme des paradis fiscaux.

La déclaration du G20 prévoit aussi la mise en place d'un nouvel organisme de supervision du système financier mondial.

Selon le président français Nicolas Sarkozy, une page a été tournée dans l'histoire du capitalisme.

"Les chefs d'Etat et de gouvernement du G20 ont décidé de réformer en profondeur l'organisation financière internationale, ce qui n'avait jamais été fait à ce point depuis les accords de Bretton Woods en 1945", a déclaré le président français au cours d'une conférence de presse.

"Il est maintenant acté que c'est la défaillance de la régulation qui est à l'origine de la crise financière, laquelle crise financière est à l'origine de la crise de l'économie", a-t-il dit.

SIX ENGAGEMENTS

Dans la matinée, le ministre allemand des Finances avait mis l'accent sur la nécessité d'un consensus au sujet de la régulation, l'un des principaux point débattus lors du sommet.

"A mes yeux, le sujet le plus important est que nous tombions d'accord, avec les Britanniques et les Américains aussi, sur le principe suivant: aucun produit financier, aucun intervenant sur les marchés et aucune place financière ne peut demeurer sans régulation et sans supervision", avait déclaré Peer Steinbrück à la radio allemande Deutschlandfunk.

Le Forum de stabilité financière, créé en 1999 à l'initiative du G7 dans la foulée de la crise financière asiatique, est remplacé par un nouveau Conseil de stabilité financière (Financial Stability Board). Il travaillera avec le FMI pour identifier les risques économiques et financiers et les mesures nécessaires pour y faire face.

Au total, le communiqué prend six engagements : restaurer la croissance et l'emploi, remettre sur pied les banques et l'activité de prêt, renforcer la régulation financière, financer et réformer les institutions financières mondiales pour leur permettre de s'attaquer à la crise et d'empêcher que d'autres ne se produisent, promouvoir le commerce international sans protectionnisme et créer une reprise écologique et durable.

Les rues de Londres étaient jeudi relativement calmes après les manifestations de la veille, lors desquelles la police a procédé à 85 arrestations. Un homme est mort mercredi soir dans une rue près de la Banque d'Angleterre, mais la cause de son décès n'a pu être établie dans l'immédiat.

Au total, la police a arrêté 111 personnes mercredi et jeudi.

L'économie mondiale pourrait se contracter de 0,5% à 1% cette année, selon le Fonds monétaire international. Selon l'Organisation internationale du travail (OIT), la crise pourrait se traduire par la suppression de 50 millions d'emplois.

Les dirigeants du G20 se réuniront à nouveau en septembre, après la prochaine assemblée générale de l'Onu, afin de faire le point sur les mesures décidées à Londres.

Source:  msn.com
Proposé par: Jacques Guiffo Temgo le 03/04/2009 - 00h20 Dernière modification: 03/04/2009 - 00h20  Écrire une NEWS
  • Top
print Imprimer   E-mail Envoyer à un ami   bookmark Bookmark   RSS feed RSS  Bookmark and Share icom7 Partager
Plus d'infos...